En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre entité ainsi que par des tiers afin de vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts, la possibilité de partager des articles sur les réseaux sociaux, et la réalisation de statistiques d'audiences.

Plus d'informations sur les cookies

Bulletin en cours
______________________

N°17

AVANT
Sagesses de la mémoire

Hommage à Jacques Chopineau


. Regard sur l'Avant
 Jacques Chopineau
 
 .
Le chemin de l'homme
 Jacques Chopineau

. Une histoire d'amitié
Pierre Lehnebach
 
. La vie de la lecture
Béatrice Bailleux

. Le garçon à la pie grièche
Anne Marie Reijnen
 
. Compagnon silencieux du dialogue
 Mohammed Jamouchi

 
. Jacques es-tu là ?
Mohammed Jamouchi

. En chemin avec le vagabond de Bosch
Chantal Humbert

. Mémoire après un génocide
Argan Aragon -Marcela Gerreda

. Peurs et promesses du passé
Camille Petit




  


 

 

OK
es
 
La fête de la lumière ?
J. Chopineau
________________________
___________________________________________________
 
Le paradoxe de Noël est ce qui nous occupe ici. Noël est double. En première instance, c’est, bien sûr, la fête de la naissance de Jésus, selon la tradition. Nul ne connaît, en fait, ni le jour, ni l’année, mais la tradition fait que cette fête est célébrée le 25 décembre.
 
Fête « oecuménique » non au sens d’un oecuménisme chrétien, mais en ce sens que le solstice est le même solstice pour tout le monde ! Mithra, Dieu solaire (le « sol invictus », ce « soleil invaincu », titre repris par la liturgie romaine et appliqué au Christ) naissait également le 25 décembre.
 
En tant que fête de la lumière, Noël est analogue à la fête juive de Hanouka. Après le solstice, la lumière renaît, et avec elle –symboliquement- la vie.
 
Image universelle que celle du solstice d’hiver…. Il ne s’agit donc guère d’une fête « chrétienne » à l’origine (la grande fête était d’ailleurs celle de Pâque -fête liée à l’équinoxe de printemps), mais c’est une fête qui a connu un grand développement, surtout en Europe du nord à partir du Moyen-âge. Noël est, au fil du temps, devenu la grande fête chrétienne. Au point qu’aujourd’hui, le sapin de Noël (création récente !) est de coutume en des lieux où un tel sapin n’a jamais fait partie de la tradition et parfois doit être importé à grands frais, selon une coutume semblable à celle de tel grand voisin (cas du Mexique, par exemple).
 
Le paradoxe consiste en ceci que cette fête qui célèbre l’humble naissance de Jésus est, en même temps la fête de la consommation –et donc, aussi, la fête des vendeurs. A aucun moment de l’année, dans les pays qui en ont les moyens, on ne dépense autant pour consommer.
 
Bien sûr, dans notre monde marchand, toute fête a ces deux visages : une occasion de vente (d’où ces « fêtes » toujours plus nombreuses, au fil des ans) et une motivation familiale et festive. Un visage heureux et un visage commercial.
 
« Il y a une demande », dirait un vendeur. Parents et enfants ont, en effet, besoin d’une occasion de réjouissances. Il faut donc répondre à la demande.
 
Il reste qu’à Noël, nous célébrons, officiellement, la naissance de Jésus. Lequel est né, dit-on, non dans un palais, mais dans une étable ! Lieu pauvre entre tous ! En même temps, il s’agit bien, chez nous, de la fête de la grande consommation.
 
Mais il se trouve que la consommation est très inégalement répartie dans ce monde…. Rien n’est plus conforme à l’esprit du christianisme que de penser à cette misère du monde dans lequel Jésus est né, pauvre entre les pauvres.
 
Cependant, Noël est aussi la fête des enfants, et donc des familles. Si Noël n’existait pas, il faudrait certainement l’inventer. Même la Russie soviétique –athée en diable- a fêté le « père Gel » afin de rester dans l’orbe d’une pratique populaire ancienne.
 
Pourtant, dans beaucoup de pays du monde, une telle fête est inconnue. Soit parce qu’elle ne fait pas partie des coutumes, soit parce que sa célébration est hors de la portée de ceux qui n’ont rien.
 
D’ailleurs, sous nos latitudes, le cœur de l’hiver est funeste aux sans-abris. Et peut-on fêter Noël lorsqu’on est sans abri ?
 
D’autre part : qu’en est-il, aujourd’hui, du Noël des enfants palestiniens ? Qu’ils soient chrétiens ou musulmans, la fête est loin ! On songe aux paroles de la chanson chantée par la grande Fairûz (« madînatu s-salâT » : « la ville de la prière » –qui est Jérusalem) :
 

« L’enfant dans la grotte
Et sa mère Maryam
Leurs deux visages pleurent »
 

La suite de la chanson est tragique. Elle reflète bien la situation actuelle. Curieusement, cette chanson (connue par tous, jeunes et vieux, dans tout le monde arabe) est inconnue en Europe. Comme d’ailleurs, généralement, est méconnu le sort tragique de ce peuple…

 

Que ceux qui ont la chance de se réjouir durant cette fête, aient une pensée pour la misère de ce monde où Jésus est né. Le paradoxe de Noël est là. Une fête de la lumière en un temps de grande obscurité. Une célébration de l’humble naissance de Jésus et, dans le même temps, une fête de la grande consommation. En sorte que nous sommes confrontés à la question : Où est la lumière ?

                                 
 
Ajouter un commentaire - 1 commentaire
 
es

IN MEMORIAM 

Jacques Chopineau

TEMOIGNAGES

 

 
 Chroniques
__________________

Regards
__________________

Lectures
__________________
 
Plate forme
__________________

Editorial
_________________
Vient de Paraître


Peut-on
Dialoguer
Face au populisme

Pour accéder à la lecture


Un entretien avec Mohammed Jamouchi
par
Carolina Samper

Dialogue interculturel de l'Unesco


Vient de paraître

Les fruits amers de la démocratie

Principes d'anarchie

Réflexions politiques

de

Paul Valéry

Recueillis par
Edouard DOR
Editions Espaces et Signes