Silence et lumière

Une illusion répandue : la vie, c’est le bruit ; le silence, c’est la mort. Pourtant, la vie est faite d’alternances. Le silence est au coeur de la vie. Les bruits n’en sont que la carapace, laquelle est la partie visible de cet être changeant que nous nommons MOI.

D’ailleurs, la vie n’est pas une sorte d’acouphène : un bruit permanent que rien ne pourrait éteindre. D’une telle vie, le silence, enfin, serait une délivrance. Et telle est la mort, sans doute, mais cette dernière est aussi la fin de la vie !

Le silence, loin d’être la fin de la vie, est porteur d’une vie plus profonde. Calme, étonnement, admiration, attention à soi, connaissance de soi… sont les fruits divers (et inattendus) de ce silence.

C’est la seule porte fermée à cette continuelle représentation par laquelle les humains pensent qu’ils existent. Le silence seul nous fait échapper à cette hypertrophie d’un moi, toujours changeant (mais toujours bavard et convaincu qu’il existe puisqu’il dit « MOI, JE »…). Le silence intérieur est la seule porte de sortie de cette illusion permanente…

Il est deux sortes de silences : Un silence extérieur et un silence intérieur. L’un est simplement absence de bruit. L’autre, cependant, est le véritable silence : le silence intérieur. Ces silences sont d’ailleurs analogues à ce que nous avions exposé au sujet de la lumière du jour UN (sur ce site). La question est donc seulement de savoir d’où procède ce silence.

En d’autres termes : Le véritable silence vient du coeur et c’est celui du jour UN. C’est aussi celui de la lumière véritable, la lumière intérieure. Là se trouve la source…

Fais silence en toi-même, ô bavard, afin de retrouver, l’espace d’un instant, ce que tu es au delà des discours qui construisent ton être social…  

 

Jacques Chopineau