Un changement d’image

Jacques Chopineau

Image de Dieu….

Impossible de ne pas se poser cette question¬†: en quoi cet homme dont nous connaissons les actes (les faits et les m√©faits…) peut-il √™tre, selon le texte biblique, ¬ę¬†cr√©√© √† l’image de Dieu¬†¬Ľ¬†?¬†

C’est l√† une phrase c√©l√®bre du r√©cit biblique de la cr√©ation. Encore faut-il comprendre ce qu’elle signifie. Comment cet homme qui, selon l’adage latin, est un loup pour l’homme, peut-il dans le m√™me temps √™tre l’image de Dieu. Rappelons ce texte¬†:

Dieu dit¬†: faisons l’homme √† notre image, selon notre ressemblance, et qu’il soumette les poissons de la mer, les oiseaux du ciel, les bestiaux, toute la terre et toutes les petites b√™tes qui remuent sur la terre. Dieu cr√©a l’homme √† son image, √† l’image de Dieu il le cr√©a¬†; m√Ęle et femelle il les cr√©a.

                                                               Genèse 1, 26-27

Relevons d’abord que le mot ¬ę¬†homme¬†¬Ľ (Adam) d√©signe le genre humain (non l’homme masculin!).

Toute la race humaine est √† l’image de Dieu.¬† L’expression est bien connue. Litt√©ralement¬†:¬†betselem ‘elohim bara ‘oto (¬ę¬†√† l’image de Dieu il le cr√©a¬†¬Ľ). Le mot ¬ę¬†image¬†¬Ľ (tselem) est un mot courant dans cette langue. Il est ici appliqu√© au genre humain lequel est, d√®s l’origine, ¬ę¬†√† l’image de Dieu¬†¬Ľ. Ce qui est un jugement… lequel entraine deux cons√©quences¬†:

 

1- Cons√©quence morale¬†: Tuer un humain revient √† d√©truire cette image. L’humain, habitu√© aux conflits et aux guerres, a souvent oubli√© ce point.¬† Certes, les lois toujours condamnent le¬†meurtre… sauf en cas de guerres (comme si tuer des ennemis devenait l√©gitime¬†?).

A ce propos relevons que -contrairement √† une opinion r√©pandue- il n’est pas exactement √©crit, dans le texte des 1O commandements (Exode 20,13 ¬†; Deut. 5,17)¬†: ¬ę¬†tu ne tueras pas¬†¬Ľ (trad. NBS¬† plus juste : ¬ę¬†tu ne commettras pas de meurtre¬†¬Ľ). Pour cela d’autres verbes pouvaient √™tre utilis√©s (lo tiqtol, lo tam√ģt,lo taharog…).¬†Ce ¬ę¬†tu ne tueras pas¬†¬Ľ n’a jamais signifi√© ¬ę¬†tu ne te d√©fendras pas¬†¬Ľ ni ¬ę¬†tu ne d√©fendras pas les tiens¬†¬Ľ. Ce qui est vis√© est ce meurtre violent contre une personne, comme Ca√Įn tue Abel qui ne l’agressait pas…¬†¬†

 

2- Cons√©quence anthropologique¬†: Cette image est un projet. L’homme peut aussi devenir un diable… L’homme vertueux seul accomplira cette vocation originelle. Le grand commentateur Rachi de Troyes (11√®me si√®cle) a bien exprim√© cette r√©alit√©¬† dans son commentaire :

A notre imagesur notre mod√®le¬†A notre ressemblance¬†Il s’agit de l’intelligence et de la vie int√©rieure¬†Les hommes domineront¬†yered√Ľ mot √† double face¬†: domination ou d√©ch√©ance¬†: s’il a du m√©rite, l’homme domine la b√™te. S’il n’a pas de m√©rite, il descend plus bas que la b√™te, la b√™te le domine.¬†Dieu cr√©a l’homme √† son image¬†Sur le mod√®le fait pour lui. Tout a √©t√© cr√©√© par la parole de Dieu. L’homme seul a √©t√© cr√©√©, en quelque sorte, de la main de Dieu. Ainsi qu’il est dit¬†: Tu as pos√© ta main sur moi (Psaume 139,5). Il a √©t√© fait au moyen d’un sceau, tel une monnaie qui est frapp√©e d’une marque que l’on appelle en fran√ßais (en francien de l’√©poque) coin. Ainsi Job (38,14)¬†: elle se transforme comme l’argile sous le sceau.¬†C’est √† l’image de Dieu qu’il le cr√©a¬†Il t’explique que l’image destin√©e √† la cr√©ation de l’homme reproduit le mod√®le du Cr√©ateur.¬†(1)

On sait que le m√™me moule produit la m√™me image. Tous les hommes ont √©t√© cr√©√©s selon le m√™me moule. ¬†Mais l’homme cr√©√© libre s’affranchit souvent de ce moule… C’est alors un changement d’image. ¬†

  

Imagination 

Imaginer¬†: c’est mettre en image et c’est se faire une repr√©sentation de la r√©alit√©. Une telle image est un aspect de la r√©alit√©… celle qui est v√©cue, aujourd’hui. Il arrive ainsi que cette image se transforme.

¬†Un cas de transformation¬†actuellement bien perceptible¬†: L’image d’Isra√ęl. Une image (ancienne) est celle d’une tradition religieuse et intellectuelle grandioses. Non seulement celle qui est donn√©e par les merveilleux textes bibliques, mais aussi par des textes comme le Sefer Yetsira, les devoirs du coeur (Hovot ha-levavot) ou la source de vie (meqor Hayyim)…

Il faut encore rappeler quelques grands noms qui ont illustré cette pensée à travers les siècles. 

Non seulement des penseurs comme Ma√Įmonide, Bahya Ibn Paqouda, Saadia Gaon…¬† ou encore Martin Buber r√©cemment, des commentateurs comme Rachi ou Ibn Ezra, des po√®tes comme Ibn Gabirol ou Yehouda ha-Levy…¬†

Citons encore les noms de quelques uns de ces grands esprits qui ont des racines juives et sans qui la pens√©e europ√©enne ne serait pas ce qu’elle est ¬†: Einstein, Freud, Zweig, Kafka, Mahler…

 

Les noms seraient nombreux¬†: on ne saurait ici en faire une liste¬†! Chacun d’ailleurs la fera selon sa propre connaissance de cette tradition. Mais ce qu’il faut voir est qu’√† cette image, peu √† peu, se superpose une autre image¬†: celle qui est donn√©e par l’actuel √©tat d’Isra√ęl.

Une image ainsi chasse l’autre¬†! Aujourd’hui¬†, l’image d’Isra√ęl est bien diff√©rente¬†: c’est celle d’un √©tat militaris√©, occupant, violent contre une population palestinienne exploit√©e, humili√©e, d√©poss√©d√©e de sa terre, de son eau, de ses logements, de sa dignit√©…

En sorte que le peuple juif qui a, si souvent au cours de son histoire europ√©enne, √©t√© une victime d’expulsions, de pogroms, de discriminations de toutes sortes (jusqu’√† ce sommet qu’a √©t√© l’horreur de la¬†Shoa…) se retrouve aujourd’hui dans un r√īle d’oppresseur.

 

Evidemment, l’actualit√© veut qu’aucune critique ne puisse √™tre faite de ce changement d’image. Dans ce cadre, tout anti-sionisme devient de l’anti-s√©mitisme¬†!

 

Notons cependant que, certes, l’horreur de l’holocauste restera une page noire de l’histoire europ√©enne, mais que le prix en est aujourd’hui pay√© par un peuple palestinien innocent de ces crimes…

Il s’agit donc bien d’un changement d’image… car si l’image est le reflet de la r√©alit√©¬†: elle peut aussi¬† se ternir. D√©fendre une image n’implique pas d’aimer une caricature… Nous sommes comptables de l’image que nous donnons.

 

Et nous voici renvoy√©s √† l’expression biblique selon laquelle l’homme a √©t√© cr√©√©, originellement, √† l’image de Dieu. Tout homme, √† toute √©poque… id√©alement.¬† Homme¬†: que fais-tu de cette image¬†?

 

Jacques Chopineau

 

 

(1)  traduction : Comptoir du Livre du Keren hasefer, Paris s.d.