logo-web-espritdavant

Interroger l’actualité à la lumière de la tradition

Voir dire et agir supposent que se croisent les regards neufs et la tradition. Esprit d’Avant se propose d’être un espace d’échanges sur les évènements et les mutations que le monde nous offre, hors des chapelles religieuses ou politiques, pour que circule une intelligence commune. 

• Chroniques
Des articles longs ou brefs pour énoncer divers points de vue sur le caractère de l’actualité, apprécier la mesure des transformations qui s’annoncent, évaluer la venue d’un monde nouveau.

• Lectures des textes fondateurs
Rappel pour aujourd’hui de la lecture des traditions.

• Regards
Photographies, ou mots d’humeur sur le détail ou le goût des images en cours

• Discussions ouvertes
Echanges et récits d’expériences.

Notre actualité

Parutions

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Parutions en préparation 

Sentiments 

Dire ou ne pas dire la vie

Connaissance

Forces et déraison de la raison

Sujet/Objet

Conflits de la relation

Périmètre

Construire les mesures 

Evénements

La dernière chronique

Je me souviens d’un choc en arrivant par erreur dans un village un peu à l’écart de l’intense trafic automobile de la banlieue ouest de Paris, un vendredi en fin d’après midi. Ailleurs, c’était pelé, poussiéreux, mâché par le bruit des camions. Au  bout d’une route très secondaire, on arrivait à un village. De la verdure comme dans un rêve, belles demeures neuves parmi les arbres : on avait à peine défriché pour faire place à la maison, au gazon, dans de petites clairières.

jacques-chopineau

In memoriam

Parler de Jacques est impossible pour moi aujourd’hui, si ce n’est pour tenter de répondre à une question qui me fut posée. On s’est parfois demandé, en effet, si Jacques, tout professeur de théologie qu’il était, croyait en Dieu. En fait, je n’ai pas de réponse directe, et je suppose qu’une telle question, à lui posée, n’aurait obtenu en retour qu’un silence, qu’une boutade ou qu’un sourire. Au mieux. Bref, on l’aurait gêné. Il se serait mis à griffonner quelques mots en hébreu, en syriaque, en arabe, que sais-je ?